27/11/2022

Retours sur les Championnats du Monde 2022 – Malaisie

Entretien avec Pierre DUBOIS, champion d’Europe en titre, membre de l’équipe de France en déplacement au Championnat du Monde de Carrom 2022 en Malaisie.

Les Championnats du Monde de Carrom ont eu lieu à Langkawi en Malaisie du 3 au 7 Octobre 2022. L’occasion pour la Fédération Française de Carrom d’échanger avec Pierre DUBOIS qui a fait le déplacement sur cet événement international majeur pour le monde du billard indien.

La team française composée des 4 joueurs : Pierre DUBOIS, champion d’Europe en titre, Mouraly VENOU, Champion de France 2021/2022, Anjula WANNUKA FERNANDO et Selvarasha KUGATHAS tous deux dans le top 5 français 2021/2022.



Les différentes compétitions

Plusieurs événements rythment cette compétition internationale. Nous y retrouvons :

  • Le Tournoi en Team : chaque nation compose une équipe de 4 joueurs qui s’affrontent en phase éliminatoire sur 2 matchs simples et un match en double.
  • Le Tournoi en Double : chaque nation présente des paires de joueurs qui s’affrontent en poule puis en phase éliminatoire.
  • Le Tournoi simple open en Swiss System : tournoi ouvert à tous les joueurs sur 8 matchs.
  • Le Tournoi en Single : la compétition phare qui voit le sacre du Champion du Monde.

Le parcours des bleus

« S’incliner face aux plus grands »

En double :
– La paire Mouraly – Pierre, gagne la paire du Népal sans trop de difficultés, puis elle prend un set à la paire n°1 du Bangladesh pour perdre enfin au 3ème set. Fin de parcours.

– La paire Kugathas -Anjula, gagne contre la Pologne en 2 sets (à vérifier), puis perd la paire Sri Lanka. Fin de parcours également.

Tactiquement les jeux de double sont particuliers et méritent une attention différente qu’en simple. Les paires françaises n’ont pas démérité et elles sont tombées rapidement sur deux grosses équipes (Bangladesh et Sri Lanka).

En Team :
Contre la Corée, l’équipe gagne tous les matchs (2 simples et 1 double).

FFC : « Pierre, comment s’est passée ce début de compétition en Team ? »
Pierre : « De mon côté, très bien ! Au 1er board, sur ma première casse, je fais un White Slam ! » Le ton est donné.

Contre les USA, Kugathas et Anjula perdent le double, et Mouraly perd son simple très serré contre Parag PANJIT, tandis que Pierre perd le 1er Set face à Shibu JOSE qui fait un White Slam. Puis Pierre gagne les 2 suivants. Cela restera insuffisant pour prétendre aller plus loin.
Contre le Sri Lanka, Nishantha fait 2 white slams face à Pierre dans le même match. Le niveau international de ce joueur est impressionnant.
Pierre menait 23-20 au 1er set… si proche d’une belle réussite. L’arbitre s’est d’ailleurs trompé sur le score final. Comme quoi, même à haut niveau il faut rester vigilant.

En Open Swiss System:
Dans l’Open Swiss system, Pierre n’a pas eu trop de retour des autres joueurs car la compétition est très rythmée et chaque joueur a un parcours différent des autres membres de la Team. De son côté, Pierre gagne 5 matchs sur 8, dont un Américain, une Américaine, une Bangladeshi, une Maldivienne, et le N.1 Indien masculin Abdul RAHMAN, 19-18. Une très belle performance pour clôturer cet événement surtout quand on sait que Abdul se retrouve en finale dans le Tournoi en Single.

Pierre précise : « Je perds le n.1 des Maldives qui m’a fait un White Slam magnifique et presque un Black Slam derrière, ainsi que contre un joueur des Émirats, un indien originaire de Bombay, qui finit 2e du tournoi. Nishantha FERNANDO, encore lui, me refait un White Slam. » Nous mesurons bien le niveau d’exception de tous ces joueurs.

Dans l’ordre Pierre finit 25ème, Mouraly 64ème, Kugathas 78ème et Anjula 79ème sur 129 joueurs. Pierre ajoute : « Nous sommes loin de ma meilleure performance à Birmingham (2016) en finissant 5ème sur cette même compétition ».

Le Single – les groupes

En simple, dans le tournoi principal, Pierre a pu avoir un seeding (placement) grâce à ses performances précédentes. Il fut donc considéré comme tête de série. Dans des groupes de 4, seul le premier passe aux phases finales éliminatoires. Pierre reste le seul de la Team à avoir pu passer 1er de son groupe, en gagnant contre un italien, un coréen, et le n°.1 des USA : Ajay Aora. Pierre le gagne d’ailleurs pour la première fois et en 2 sets seulement.

8ème de finale

Ensuite en 8ème, Pierre joue ni plus ni moins que face au champion du Monde indien Prashant More ! Prashant gagne 25-11 le 1er set et Pierre mène 18-10 au second pour finalement s’incliner. Pas grand chose à dire face à un tel niveau. Pierre lui aura donné du fil à retordre malgré tout.

Pendant les 1/4, 1/2 et finales, Pierre a joué les matchs de position entre 9 et 16 le dernier jour, et c’est là que Pierre a le mieux joué. Il gagne pour la 1ère fois Hemayat MOOLA, n.1 du Bangladesh cette année, en 2 sets. Puis match de folie avec Shaheed Hilmy n.1 du Sri Lanka, où Pierre gagne le 1er Set 25-16, puis au second set Shaheed mène 16-12. Il rate son dernier pion pour le White Slam, et Pierre en profite pour placer un Black Slam derrière… 16-13. Au board suivant, Pierre mets aussi 8 pions et la reine mais rate de peu le dernier pion pour le White Slam. Shaheed enchaîne après le Black Slam, pour la victoire du set et du match pour Pierre. Derrière Shaheed joue très bien, il remonte et gagne le 2e set. Le 3e set Pierre a encore une occasion d’un White slam mais raté au dernier pion à quelques millimètres du trou. Finalement Shaheed l’emporte.

Ensuite pour la place de 11e/12e, Pierre rejoue contre Ismael AZMEEN n.1 des Maldives, et ce coup là il gagne dans un beau match en 3 sets. Pierre finit 11ème en Single.

Une rafle majestueuse de tous les titres mondiaux par les indiens

Les Indiens ont tout gagné, hommes comme femmes, dans toutes les catégories. La suprématie a une nouvelle fois était respectée.

Un total de 87 slams dans ce Tournoi, dont 11, le record par Nishantha Fernando (Sri Lanka). Pierre en a quant à lui aligné 2.

Pour finir, Sandeep DIVE est sacré Champion du Monde dans une finale de haut niveau avec plusieurs slams, face à Abdul Rahman.


Galerie photos (crédit Pierre DUBOIS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.